Articles avec #divers tag

Publié le 13 Octobre 2017

DÉTONATION ?

 

Madame Florence Robine, rectrice de la région académique du Grand Est, déclare à l'AEF jeudi 12 octobre 2017 vouloir aller plus loin sur la mutualisation et le partenariat entre académies.

On pourrait s'interroger sur le fait de savoir si madame la rectrice s'est autorisée ou a été autorisée à s'exprimer alors même que la mission nationale mise en place suite à l'expérimentation pour la Normandie, en est à ses balbutiements, et n'est censée n'avoir encore rien écrit... 

Voici en tout cas la première détonation d'un phénomène que nous savions enclenché.

Le cas est d'école : le Grand Est fait partie de ces régions où l'unicité de recteur pourrait sembler la plus problématique. D'où l'importance de réfléchir à des solutions afin de faire entendre la voix de l'éducation nationale face, comme le dit très bien la rectrice de la région académique, à des collectivités et un Etat en région déjà structurés.

Si le choix déjà mis en œuvre  de la mobilité fonctionnelle plutôt que de la mobilité géographique nous convient, la restructuration annoncée des établissements nous interroge, car toujours les mêmes questions se posent : quelles conséquences pour les personnels et en même temps quels avantages pour l'école ?

Avancer « résolument » déclare Mme Robine, A&I UNSA est aussi résolu à ce qu'au delà "des réunions du haut encadrement qui sont menées", les personnels soient des acteurs de leur propre changement !

A&I UNSA y contribuera tant par le dialogue social que par l'action, si nécessaire.

Pantin, le 13 octobre 2017

 

Jean-Marc Bœuf

Secrétaire général

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2017

Le syndicat A et I est heureux de vous annoncer que grâce à notre intervention, toutes les restrictions médicales des agents en collège dans les Ardennes ont été levées par la médecine du Travail.

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 31 Août 2017

Cher(e)s collègues,

J'espère que vous avez passé un très bel été. Toute l’équipe d’A et I Unsa Reims vous souhaite une très belle reprise.

L’année 2017 est marquée par les élections présidentielles avec un nouveau gouvernement en place. Notre programme de travail syndical intègre, entre autres, PPCR qui est une belle avancée mais insuffisante pour les personnels administratifs ainsi que la requalification de nos emplois et nos indemnités… tous ces dossiers font partis de nos priorités.

La hausse de la CSG pour les fonctionnaires est un autre dossier que nous suivons au sens plus large pour tous les fonctionnaires qui génère de l’inquiétude car il y aura forcément un impact sur nos salaires.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de la progression et de l’évolution de chaque dossier par les lettres infos diffusées régulièrement. Si vous n’êtes pas encore inscrit sur le blog du syndicat, n’hésitez pas à le faire : http://www.aeti-ac-reims.com/ (newsletter)

Toutes les militantes et tous les militants d’A et I UNSA seront, chaque jour, à vos côtés pour cette nouvelle année scolaire.

Nous vous invitons à nous contacter pour que notre syndicat puisse vous accompagner et répondre à vos demandes.

La meilleure façon de soutenir le syndicalisme positif, combatif et efficace qu’incarne l’UNSA, est évidemment de nous rejoindre. Alors comme le font des milliers de collègues supplémentaires chaque année, n’hésitez pas : adhérez !
 

C’est un acte simple qui permet d’être encore mieux défendu et qui donne de la force à nos exigences et nos valeurs.

 

Nacima FARES

Secrétaire Académique A et I UNSA Reims

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 17 Juillet 2017

Avec notre Secrétaire Académique, Nacima FARES, toute l'équipe d'A&I-UNSA Reims vous souhaite de

Nous nous retrouverons 2ème quinzaine d'août

Le chargé de communication, Patrick MICHEL

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 20 Mai 2017

A l’heure du début du mandat du nouveau président de la République, il nous a paru intéressant de mettre en avant un article paru le jeudi 11 mai dans « Acteurs publics » soit 3 jours avant la passation de pouvoir. La thématique porte sur la transformation numérique de l’administration avec comme corolaire une automatisation possible affectant plusieurs dizaines de milliers de postes d’agents publics.

Cet article s’appuie sur le rapport du cabinet de conseil allemand en stratégie Roland Berger. Ce cabinet implanté dans 36 pays s’est fait une spécialité de l’intervention stratégique dans de nombreux domaines de gestion auprès de partenaires aussi divers que les Etats, multinationales et établissements publics.

Ce rapport pose les modalités d’accélération de la transformation numérique de l’administration française. L’objectif affiché est de lier le monde des start-up à celui de la puissance publique afin d’améliorer la performance de nos administrations.

Il s’agit dans un premier temps de créer une plate-forme d’« accélération » afin d’attirer les start-up vers le service public dans une politique du gagnant-gagnant, tout en recherchant les économies de dépense publique. Cela existe déjà, notamment vers les mairies sous la forme d’une interface interactive et collaborative.

Cette transformation numérique avec son automatisation pourrait impacter de 40 000 à 110 000 postes publics. Nos corps administratifs font partie de ce cœur de cible avec la mention des secrétaires administratifs et des adjoints. Les personnels techniques sont également évoqués.

Pour autant ce cabinet voit dans cette transformation numérique une possibilité donnée de redéploiement des missions et de renouvellement des métiers. De nouveaux métiers feraient ainsi leur apparition dans l’administration comme par exemple les community manager, les designer d’expérience.

Quatre défis sont alors pointés pour la DGAFP à savoir :
- une gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences dite « agile » comprenant la formation, l’adaptation des emplois et le recrutement de nouvelles compétences ;
- une transformation des modes de « management » citant le télétravail, la transversalité et le travail collaboratif ;
- l’ouverture de la Fonction publique sur l’extérieur, dans une logique d’innovation ;
- la construction d’un programme sur la conduite du changement.

En somme, ce cabinet dessine un véritable programme pour « un futur ministère de la réforme de l’Etat ».
Et dire que le président de la République  veut supprimer 120 000 postes d’agents publics. Il n’a pas besoin de les chercher, le cabinet Berger lui propose sur un plateau  avec l’automatisation.
Mais de qui se moque-t-on ?  De nous les citoyens agents publics qui depuis la SMR, la RGPP et la MAP subissons des suppressions de postes et sommes les témoins de la détérioration de la qualité du service rendu à l’usager.

Comprenons-nous bien, nous ne sommes pas opposés à l’évolution des modalités d’exercice de nos missions bien au contraire. Cependant, cette transformation numérique ne pourra se faire qu’avec la participation des agents publics et non contre eux. Cela permettra d’éviter bien des erreurs et des dépenses inutiles à l’exemple de l’opérateur national des payes, du logiciel Louvois et de SIRHEN avant sa refondation par les services informatiques de notre ministère.

Dominique Chassagne
Secrétaire national Fonction Publique et revendications corporatives

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 20 Mai 2017

Nous connaissons les noms des ministres qui succèdent à Najat Vallaud Belkacem à l’éducation nationale et à l’enseignement supérieur. Comme on pouvait s’y attendre, le MENESR est scindé en deux. D’une part l’éducation nationale avec M. Blanquer comme ministre, ex Recteur, ex directeur de l’enseignement scolaire et d’autre part, Mme Vidal, présidente d’université comme ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le candidat devenu président avait dit que l’éducation était un « chantier prioritaire » pour lui. On peut en douter… … en effet jusqu’alors la ministre Najat Vallaud Belkacem  était en rang 3 dans l’ordre protocolaire et là les deux nouveaux ministres sont aux 11è et 14è rangs.

Jusqu’alors, les ministres étaient des politiques au sens noble du terme, ce qui donnait à ce grand ministère des aspects régaliens.

En nommant un recteur et une présidente d’université, le nouveau président et son premier ministre renvoient l’Education à des techniciens, des experts… comme ils ont nommé un médecin au ministère de la santé ou la présidente de la RATP au ministère des transports.

Certains croient y voir de la modernité, rassurons les !!! Rappelons que Valéry Giscard d’Estaing après son  élection à la présidence de la République en 1974 nomma ministre de l’Education un ancien recteur et secrétaire d’Etat aux universités un Doyen de faculté également ancien recteur… bref deux techniciens.

Nous allons attendre la nomination des équipes autour d’eux et voir les signaux qui seront envoyés notamment avec le maintien ou non d’une DGRH commune aux deux ministères. La séparation serait le signe d’un démembrement avec  des conséquences importantes pour les personnels de l’administration de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

Le pôle éducatif c’est aussi la jeunesse et les sports, si une ministre des sports a été nommée, pour l’instant le secteur « jeunesse » est absent. Y aura-t-il un secrétaire d’Etat ? Ce secteur sera-t-il dévolu à la ministre en charge des sports, les décrets d’attribution des ministres pourraient nous éclairer…

Avec notre fédération l’UNSA Education nous continuons d’exiger une politique éducative ambitieuse à la hauteur des enjeux de demain.

Pour la fonction publique, le ministère n’existe plus et est donc rattaché au nouveau ministre de l’Action –sic transit- et des comptes publics… Voir ci après le communiqué de l’UNSA FP

Cela nous rappelle 2007 après l’élection de Nicolas Sarkozy avec M. Woerth qui était chargé des comptes publics et de la fonction publique….

Dans son éditorial de la revue 50 Jean-Yves Rocca nous appelait à « la vigilance » et ajoutait « aucune réforme ne peut avoir de légitimité auprès des personnels, des étudiants, des élèves et de leurs familles, sans un dialogue social réel et constructif (…) La négociation n’est pas du temps perdu dans une démocratie ».

En 2012, dans son éditorial de la revue 71, après l’élection de François Hollande, il insistait sur le terme « Confiance » en précisant qu’elle «  se construit par des actes, dans le cadre d’un dialogue social qui respecte les personnels et leurs représentants, à tous les niveaux ».

Vigilance et Confiance peuvent caractériser notre syndicalisme pragmatique.

Nous saurons le rappeler lors de nos prochaines rencontres avec les ministres et leurs cabinets.

Notre syndicalisme est aussi constructif à condition que nos interlocuteurs veuillent construire et non démolir !

Jean-Marc Bœuf
Philippe Mesnier

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 21 Avril 2017

Le statut de 1946 pour les fonctionnaires est issu, dans ses grandes lignes, du programme du Conseil National de la Résistance : une  fonction publique reposant sur la loi et alliant démocratie et efficacité au service de l’intérêt général.
Cela a été confirmé par la construction statutaire de 1983 et enrichie au cours de ces 5 dernières années.
C’est le choix du fonctionnaire citoyen, notion développée notamment par Anicet Le Pors lorsqu’il fut en charge du ministère de la fonction publique entre 1981 et 1984.
Ce fonctionnaire citoyen se conforme aux instructions de sa hiérarchie tout en exerçant sa propre responsabilité.

Rappelons que le statut comporte 3 principes fondamentaux :
-  Principe d’égalité,
- Principe de l’indépendance du fonctionnaire qui s’articule avec la notion de carrière et notamment la séparation du grade et de l’emploi,
- Principe de responsabilité en application de l’article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
Ce fonctionnaire est donc aussi un citoyen et alors que nous sommes à deux jours du 1er tour de l’élection présidentielle, il nous semble important de rappeler ce que sont nos valeurs et les mandats que nous portons pour nos collègues.
Rappelons la position de l’Unsa :

 
« En tant qu’organisation syndicale, l’Unsa n’a pas à donner de consigne de vote en faveur de tel ou telle candidat(e) se situant dans l’arc démocratique et républicain. 


Tel n’est pas le cas du Front National et de sa candidate, Marine Le Pen, dont le programme, fondé sur une conception autoritaire du pouvoir, sur le nationalisme et la xénophobie, menacerait la démocratie, fracturerait violemment le pays et l’exposerait à des conséquences sociales et économiques graves »

Pour A&I-Unsa comme pour son Union et sa fédération, les extrémistes portent le projet du rejet de l’autre, d’une autorité sans pitié et d’une laïcité détournée de son fondement.
Nous ne pouvons adhérer à ces thèses qui ont fait le malheur des peuples en Europe et dans le monde.
Nous ferons toujours le choix des candidats porteurs d’humanisme en refusant de s’abandonner aux mirages nauséabonds du racisme, de l’égoïsme et de l’autoritarisme totalitaire.

A l’attention des candidats de l’arc républicain, nous savons ce que nous voulons pour le service public, pour nos métiers, pour nos carrières :

La première de toutes est l’amélioration des progressions de carrière et l’exigence de reconnaissance professionnelle.

Nos autres attentes sont les suivantes :
La réforme de l’Etat qui en termine avec une approche purement quantitative et réductrice des périmètres des services publics au profit d’une approche qualitative du service rendu au public.
La poursuite de la mise en œuvre de la filière administrative interministérielle et intercatégorielle par la création de corps interministériels à gestion ministérielle -CIGeM- pour les adjoints et secrétaires administratifs.
La réaffirmation de la place de l’AENES dans l’enseignement supérieur qui a montré compétence, polyvalence et adaptabilité.
Le refus d’une décentralisation politique de l’enseignement supérieur qui conduirait à ce que les universités deviennent des collectivités locales sans territoire.
La réaffirmation du rôle des personnels administratifs de l’Etat dans la mise en œuvre de l’action éducatrice y compris chez les personnels travaillant dans le secteur de Jeunesse et Sports au sein d'un pôle éducatif.
Une vraie association des collectivités locales qui ne soit pas une régionalisation politique de l’Education nationale


Nous saurons le rappeler à celui qui présidera aux destinées de notre pays le 7 mai 2017.
En attendant, nous vous demandons d’exprimer votre choix en votant.
Ne vous abstenez pas !

Jean Marc Bœuf
Philippe Mesnier

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 22 Mars 2017

 

Fil'infos spécial

Résultats Baromètre UNSA des métiers de l'Éducation 2017

Résultats du 5ème Baromètre UNSA des métiers de l'Éducation

Retrouvez sur notre site les résultats détaillés, le communiqué de presse, les fiches infographiques Baromètre et Présidentielle 2017.

Cliquez sur http://barometre-metiers.unsa-education.com

Si vous souhaitez nous contacter, cliquez ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 2 Février 2017

Votre avis sur le métier .

Pour l’UNSA Éducation, ça compte !

Chaque année, l’UNSA Éducation mène la même enquête – le baromètre UNSA de nos métiers - afin de mieux comprendre les personnels qu’elle représente, mieux les connaître et donc mieux les représenter !

L’an dernier, vous étiez 25 000 à donner votre avis ! Et cette année, vous en pensez quoi de votre métier ?

Pour participer, c’est ici !
 

C'est déjà fait ? Partagez ce questionnaire et relayez alors cette enquête auprès de vos collègues.

Sur Twitter : @BarometreUnsa

Sur Facebook : Baromètre UNSA

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2017

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s collègues,

 

Au nom de toute l’équipe d’A et I Unsa Reims, je vous présente nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui se profile avec de nouveaux dossiers pour vos carrières comme le reclassement des grilles indiciaires suite à l’application du PPCR.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant régulièrement de la progression et de l’évolution de chaque dossier par les lettres infos diffusées régulièrement. Si vous n’êtes pas encore inscrit sur le blog du syndicat, n’hésitez pas à le faire ; les informations y sont quasi en direct.

 

La diffusion de nos lettres infos a été quelque peu diminuée ces temps – ci et nous vous prions de nous en excuser. En effet, la nouvelle réglementation sur les méthodes de communication syndicale se met en place.

 

Que l’année 2017 soit l’année de la guérison pour les collègues malades.

Que l’année 2017 soit l’année de la réussite professionnelle avec les évolutions de carrière pour les titulaires et la réussite aux concours pour les collègues contractuels.

Que l’année 2017 soit l’année qui continue à montrer une France unie, solidaire et libre.

 

Comme vous le savez, nous restons à votre disposition et surtout n'hésitez pas à nous contacter pour toute question.

 

En attendant je vous souhaite une bonne reprise et bon courage à tout(es) et à tous.

 

Bien à vous.

 

Nacima FARES

Secrétaire Académique A et I UNSA Reims

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #DIVERS

Repost 0