Publié le 27 Avril 2020

cher.e adhérent.e, cher.e collègue

vous trouverez en pièces jointes 2 documents du conseil scientifique.

 

- Note du Conseil scientifique du 24 avril 2020

Le conseil scientifique, qui y évoque la réouverture des établissements scolaires à la date du 11 mai annoncée par Emmanuel Macron «prend acte de la décision politique prenant en compte les enjeux sanitaires mais aussi sociétaux et économiques de réouverture progressive et prudente »

Il « souligne l'importance d'organiser la formation et l'éducation sur les mesures barrière et la distanciation sociale et de s'assurer que l'organisation des établissements scolaires permettra leur mise en œuvre avant l'ouverture » Et préconise plusieurs mesures, comme le port du masque obligatoire pour les collégiens et lycéens, la prise des déjeuners par les élèves dans les salles de classe ou encore le contrôle de leur température la maison par les parents

 

-  Avis du Conseil scientifique du 20 avril 2020

La publication de la note du 24 avril s'est accompagnée de celle d'un avis du conseil, en date du lundi 20 avril qui n’avait pas été rendu public jusqu'ici.

Le Gouvernement a affirmé depuis le début de la crise qu’il fondait ses décisions sur les recommandations du conseil scientifique. Concernant l’Ecole de la République, depuis le 20 avril 2020, ces assertions sont démenties par les faits. Dans cette note, le conseil est en effet on ne peut plus clair : « le risque de transmission est important dans les lieux de regroupement massif que sont les écoles et les universités, avec des mesures barrières particulièrement difficiles à mettre en œuvre chez les plus jeunes. En conséquence, le Conseil scientifique propose de maintenir les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités fermés jusqu’au mois de septembre. »

Le Gouvernement a pris la décision politique de passer outre cette recommandation. le conseil scientifique poursuit ses travaux en « prenant acte » de la décision politique.

 

A notre tour d’en prendre acte et de communiquer sur notre désapprobation… 

Le gouvernement joue avec la santé des personnels et des élèves qui ont consenti des efforts considérables depuis deux mois pour se retrouver aujourd’hui exposés alors que la situation sanitaire ne s’y prête pas.

A la reprise, les personnels administratifs auront à rattraper les retards accumulés pendant la période de confinement et à accompagner les mesures sanitaires retenues. Mais les personnels administratifs ne sont pas les supplétifs du système éducatif. Ils ont vocation à remplir des missions conformes à leurs statuts et à être tout autant que les autres protégés par leur employeur. Ce dernier a fait le choix très contestable d’exposer leur santé malgré les recommandations du conseil scientifique. Nous serons intransigeants sur le respect de leurs missions et des protections qui leur sont dues.

 

sources : section académique A&I UNSA Orléans Tour

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #SITUATION DE CRISE

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

 

CHSCTA du 30 mars 2020 en Visioconférence sur la situation/coronavirus

 

Madame la Rectrice Agnès Walch Mension-Rigau a décidé la réunion de ce CHSCT académique extraordinaire pour faire un point sur la situation de crise par rapport à l’épidémie sur le coronavirus.

Les représentants des personnels membres du CHSCTA souhaitent que soient abordés les points suivants :

  • accueil des enfants de personnels soignants.
  • personnels restant en poste et pouvant être en contact avec des personnes extérieures (personnels de direction des EPLE par exemple).
  • cellule d'écoute ecoutecovid@ac-reims.fr.
  • multiplicité des injonctions alourdissant le travail à distance et renforçant les facteurs de RPS.

Pour l’ Unsa Education, deux déléguées : Valérie De Schutter et Aline Geeraerts

Pour l’administration, Mme la Rectrice, Mme la Secrétaire Générale (Mme Connan) et le  DRH (M. Bourgery)

Notre compte-rendu :

Mme la Rectrice rappelle qu’elle a écrit dernièrement à tous les personnels de l’académie, rappelant sa confiance, l’adoption des gestes barrière, et indiquant les préconisations du Dr Stienne (médecin de prévention du rectorat) sur le télétravail.

Elle indique également que les enseignants sont d’office en télétravail. Certains personnels administratifs sont exceptionnellement dans l’obligation de se déplacer sur leur lieu habituel pour assurer certaines opérations et missions, comme le paiement des bourses ou la gestion des paies. Ils sont donc dans ce cas une autorisation de déplacement, également pour les enseignants en accueil des enfants de soignants. Une autorisation spéciale d’absence est aussi possible pour ceux qui ne peuvent assurer le télétravail. Il n’y a pas l’intention de contrôler les personnels, mais il s’agit de donner une position administrative sécurisante, ne pas rompre le lien avec l’employeur.

A la remontée d’information du secrétaire du CHSCT comme quoi, dans certains établissements le chef d’établissement demande la présence de tous les administratifs. Mme la Rectrice reverra ces situations particulières.

Accueil des enfants de personnels soignants : la mise en place s’est faite de façon réactive, peu d’enfants sont accueillis pour le moment, et c’est surtout un accueil dans les écoles. Cela mobilise environ 200 agents sur l’académie, c’est suffisant pour le moment. Il y a constitution d’un pôle de réserve d’enseignants volontaires. Les mairies sont coopératives.

A la question du ménage pas effectué sur quelques pôles et du manque de masques, Mme la rectrice répond que les problèmes d’entretien ont été résolus au cas par cas. Pour les masques il y a eu des masques distribués surtout dans l’Aube, y compris pour les enseignants. La rectrice a eu contact avec le président de région du Grand Est qui a commandé des masques et qui fait un recensement des besoins.

D’ici demain, il devrait y avoir des masques (2/jour/personne) dans toutes les écoles accueillantes ce qui devrait rassurer. Ce port du masque a pour but de renforcer l’efficacité des gestes barrière. Avec les enfants de maternelle, c’est toujours difficile de ne pas être proches des petits. Il n’y a pas vraiment de masques pour enfants (le Dr Stienne précise que cela existe pour la chimiothérapie), et que le port reste difficile de toute façon.

Sur l’entretien des locaux, le secrétaire du Chsct indique que la préoccupation peut venir des services externalisés qui n’auraient pas à respecter (ou connaissance) un protocole sanitaire, comme il en existe un à Strasbourg.

M. Hourriez, inspecteur Santé et Sécurité au travail ISST, signale que les ISST du territoire se sont interrogés sur un protocole à adopter et ont fait une proposition au ministère.

UNSA : nous demandons, si un roulement entre enseignants volontaires dans les écoles pourrait être élargi, car ces enseignants assurent et l’accueil et la continuité pédagogique de leur classe. Mme la rectrice indique que c’est fait, et informe que même si cela peut paraître symbolique, le ministère envisage une gratification (même symbolique) des personnels (d’où le pointage des personnels engagés, pas de contrôle)

La rectrice précise que les personnels volontaires ne doivent pas eux-mêmes être à risque.

Le périmètre des soignants pouvant déposer leurs enfants s’est élargi au fil des jours (voir site du ministère). Il a fallu choisir les pôles au plus proche des besoins des familles. Deux groupes d’enfants ne peuvent se croiser dans les écoles d’accueil, ce qui fait qu’il n’y a pas plus de 5 à 6 enfants dans les groupes. L’accueil du dimanche pour le moment ne concerne que 2à 3 enfants sur l’académie. Il va falloir organiser aussi l’accueil pendant les vacances scolaires avec tous les partenaires.

UNSA : nous avons eu connaissance de quelques soucis de paie sur le traitement principal : est-il possible de procéder à des réajustements sans attendre le prochain versement

M. Bourgery, DRH, précise que la paie de mars avait été préparée avant la crise du covid-19. Si souci, il faut s’adresser au gestionnaire habituel (mail). A partir d’avril, la paie de mars sera répliquée avec le traitement indiciaire, et les éléments récurrents de paie (ex les jours de grève ne seront pas répliqués, les reprises manuelles attendront …) Si soucis, les assistantes sociales sont mobilisables sur les mails habituels.

Cellule d’écoute ecoutecovid@ac-reims.fr : au bout de ce mail, c’est le service Rh . Il a été voulu sur un mail « point d’entrée unique », et les personnels sont ensuite redirigés vers le service ou le personnel le plus adapté. Le médecin de prévention, les assistantes sociales, les psychologues scolaires volontaires aussi.

La question de la disponibilité des infirmières scolaires, médecins scolaires, voire enseignants en biochimie (pour aide aux labos) a évolué. Il n’y aura pas de réquisition même si la procédure est prévue.    Les personnels avec une technicité particulière peuvent donc se porter volontaires à la « réserve sanitaire » (certains enseignants sont d’anciens infirmiers par ex, d’autres STMS volontaires en Ehpad …). Ces personnels qui peuvent assurer une aide citoyenne seront en cumul d’activité et auront une ASA ce qui les déliera ponctuellement de leur service habituel. Le ministère est en lien avec l’ordre des médecins. Un mail a été envoyé aux personnels concernés, à titre d’information. Il s’agit de faciliter le soutien aux soins.

Sur la multiplicité des injonctions : La Rectrice souligne qu’elle a fait passer la consigne qu’il ne faut pas s’épuiser, ne pas s’imposer trop de choses, rester modestes dans les moyens utilisés. Tout est un peu paradoxal, après un démarrage et un surinvestissement dans les deux premières semaines, il va falloir en cette 3ème semaine adapter le travail. Sans doute être moins ambitieux sur la quantité de travail, car l’essentiel est de garder le lien avec les élèves et les familles, perdre le moins possible les enfants décrocheurs habituels. L’implication des parents est essentielle, il faut les aider en leur donnant des consignes simples et claires, avoir un apport plus didactique aux parents.

La Rectrice réaffirme sa confiance en les enseignants. Elle ne veut pas faire de contrôles. Sur la remontée de terrain, comme quoi il y aurait des tableaux à remplir, nominatifs par enseignants sur les modalités de continuité pédagogique, elle indique qu’elle n’a rien demandé de la sorte. Elle demande par contre que les équipes se concertent, pour ne pas donner trop de travail, et surtout pas tous en même temps. Il s’agit de stabiliser l’organisation sur le temps long qui s’ouvre devant nous.

Sur les familles en difficulté : il y a des familles qui ne se manifestent jamais, des élèves décrocheurs habituellement. L’important c’est d’essayer de garder le lien, s’il est possible de faire avancer les connaissances tant mieux sinon, avoir d’autres objectifs comme une meilleure autonomie de l’élève.  Les remontées qui lui parviennent sont plutôt très positives.

Lors du retour à la normale il faudra mettre en place des dispositions pour accompagner ces élèves, car en effet il y a risque de creusement des inégalités. Du soutien scolaire sera mis en place aux grandes vacances, comme il en existe déjà (école ouverte, Sran, sur une semaine ou 2 avant la rentrée)

A une demande de précision, la rectrice indique :  Il ne doit pas y avoir de documents à aller chercher dans les écoles, nous sommes en confinement. Un accord avec la Poste est recherché, pour prendre en charge des documents qui seraient imprimés par la poste et envoyés gratuitement.  Des solutions multiples sont recherchées, tout comme il serait possible de faire diffuser des contenus plutôt à destination des parents sur des médias locaux sans concurrence avec « Nation Apprenante »

Pendant les vacances de printemps, les enseignants feront selon leur libre appréciation, des envois ou pas aux familles.  

La rectrice conclut par  « nous faisons tous ce que nous pouvons, toutes les bonnes idées sont les bienvenues. »

Le CHSCTA sera réuni si besoin en plus des réunions déjà programmées.

source : SE UNSA de la Marne

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #CHSCT, #SITUATION DE CRISE

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

COMPTE RENDU CTS DU 02/04/2020.

CTS réalisé en visioconférence compte tenu les mesures de confinement dans le contexte

de crise sanitaire Covid19.

POINT 1 : le procès-verbal de la séance précédente est approuvé à l’unanimité.

POINT 2 : fonctionnement des services académiques durant la crise sanitaire.

  • CONFINEMENT :

Suite à l’annonce de la fermeture des établissements scolaires faite le 12 mars dernier et à celle relative au confinement le 17 mars, confinement confirmé pour les personnels administratifs afin de :

  • Pallier les problèmes de garde d’enfants
  • Ralentir la propagation du virus
  • CONTINUITE ADMINISTRATIVE :

Equipement :

  • Réactivité des services de la DSI qui, dès les annonces ont été faites, ont recensé les ordinateurs portables et clés OTP disponibles afin de les prêter aux personnels jugés prioritaires (notamment ceux en charge de la paye de tous les agents de l’académie), le but étant de faciliter la continuité administrative.
  • Le matériel disponible étant insuffisant, Mme la secrétaire générale a également autorisé à titre exceptionnel le prêt d’ordinateur fixes et écrans.
  • En DSDEN, les mêmes démarches ont été appliquées de manière variable selon les moyens à disposition.

Position des personnels :

  • Mme la secrétaire générale a envoyé un mail à tous les agents mais aussi à tous les personnels encadrants, chefs de service et de division le but étant de fixer les règles du télétravail et de maintenir un lien bienveillant dans ce contexte si particulier.

Tous les personnels sont donc en télétravail sauf :

  • Rectorat : la rectrice, son cabinet et la secrétaire générale (aujourd’hui rejoints par M. Bourgery et Mme Hoffman)
  • Dsden : les IADASEN et leur adjoint

Les personnels sont donc :

  • Soit en télétravail
  • Soir en autorisation d’absence spéciale (ASA) pour garde d’enfant
  • En congé
  • En arrêt maladie

Mise en place d’une cellule d’écoute accessible à tous les agents gagnés par l’angoisse ; la RH de proximité fera le lien avec les assistants sociaux.

 

Focus sur la paye :

La 1èrse priorité dégagée toutes structures confondues est de maintenir et garantir la paye de tous les agents. En avril ; décision prise au niveau national de répliquer la paye de mars pour la paye d’avril sur la base des traitements indiciaires et indemnités récurrentes. Seules les indemnités spécifiques qui nécessitent des interventions manuelles sont suspendues.

 

Pour les congés CLD et CLM :

Maintien de la situation de mars. Une attention particulière est portée afin qu’il n’y ait aucune incidence négative sur la paye des personnels suite à l’absence de commission médicale qui aurait du statuer sur leur situation.

Pour les personnels contractuels (personnels administratifs ou enseignants) : tous les contrats en cours sont maintenus.

Un effort individuel et collectif salués :

Monsieur Bourgery souligne que l’académie est particulièrement opérationnelle par rapport à d’autres académies, les échanges avec la DRFIP sont fluides même si pour si elle est elle-même en télétravail et qui plus est en cours de réorganisation.

L’engagement de la DSI a été souligné, il faut aussi souligner celui de la DRH qui s’active à préparer la rentrée 2020.

Les personnels encadrants sont également très exposés avec une surcharge de travail et un important travail de liaison (le volume des mails académiques a doublé).

 

L’effort individuel et collectif est exceptionnel et Monsieur Bourgery remercie l’ensemble des personnels.

Mme la secrétaire générale confirme que tout le monde a fait un « effort de guerre » (pour faire le lien avec les propos du président de la République) pour assurer la continuité administrative et la continuité pédagogique.

Mme la secrétaire générale ajoute qu’elle souhaite profiter du retour d’expérience du télétravail imposé par le confinement pour le développer par ailleurs dans l’académie.

Elle rappelle les règles du télétravail qui implique le respect des plages horaires de travail mais aussi de repos.

 

Un point est fait sur la mobilisation des personnels médicaux ou médico-sociaux : aucune réquisition de nos personnels Education nationale mais des actions de volontariat sont accompagnées pour des personnels ayant répondu notamment à des sollicitations d’EPHAD. (autorisations de cumul d’activité).

 

Question des congés de printemps :

D’ici la fin de semaine prochaine, les agents recevront un message sur le sujet. Le mot d’ordre est « repos » pour les personnels administratifs et les personnels enseignants.

  • Poser des congés comme on a l’habitude de le faire
  • Les congés posés restent posés
  • Si aucun congé n’est posé, poser au moins une semaine

Le but étant de ne pas reporter ni cumuler des congés qui ne seraient de toute façon pas autorisés après le confinement afin de mobiliser le maximum de personnels pour la reprise de l’activité dans un contexte très contraint.

Pour l’instant, le ministère n’envisage pas de modifier les congés d’été ; des permanences en rectorat ou DSDEN restent une éventualité.

Rappel : une journée de travail = 7h34 par jour, que l’on soit en télétravail ou en ASA. Pas de cumul des 20 minutes (ce dernier point fera l’objet d’une évolution souhaitée par Mme la secrétaire générale dans les mois à venir).

POINT 3 : Rentrée 2020 : mesures d’emplois

Un poste administratif doit être rendu sur le BOP 214. Cette mesure d’emploi portera sur le secrétariat DRH , poste supprimé à la faveur d’un départ en retraite. Cette suppression sera complétée par une réorganisation du service car le nombre de réunion est commissions à organiser par les personnels restants est en nette diminution

POINT 4 : Nouvelles modalités relatives au mouvement.

Celles-ci correspondent à un système d’aiguillages successifs avec avant tout la prise en compte de priorités légales (ex handicap, rapprochement de conjoint etc…) .

Disparition de la prise en compte du barême.

Le mouvement est ouvert depuis hier et pour 15 jours. La liste des postes vacants est évolutive, la consulter régulièrement et prendre contact par mail pour obtenir des informations.

POINT 5 : registre de santé et de sécurité

Les services académiques passeront au registre de santé et de sécurité dématérialisé d’ici la fin de l’année 2020. Les personnels seront prévenus.

La consultation par les membres du CTS reste à confirmer.

POINT 6 : questions diverses.

-Sur le télétravail, Mme la secrétaire générale explique que cette évolution des modalités de travail seront présentées en CTA afin d’en fixer les règles précises.

Il est demandé que les personnels soient associés à la rédaction de la circulaire et déclare avoir déjà lancé une enquête sur le sujet.

-S’agissant de la mutualisation des services académiques dans le cadre de la région académique : pour l’instant les dossiers n’ont pas évolué. Mais une réunion est prévue lundi 6 avril réunissant les 3 secrétaires généraux, le SG région académique, les 2 rectrices et le recteur de région académique.

La question de la méthodologie de la rédaction des projets de service et le calendrier reste à définir mais il est indispensable d’impliquer les agents.

La séance est levée à 11h08.

Les représentants UNSA : Patrick MICHEL, Céline HARASIUK, Daniel MUSELLI, Estelle DHAP

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #CTS - CTA

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

 

Cher.e adhérent.e, cher.e collègue

espérant que vous vous portez bien.

Vous trouverez ci-dessous le courrier envoyé par M Jean-Marc Bœuf, Secrétaire Générale du Syndicat A&I UNSA, à Mme la Directrice de la Direction des Affaires Financières (DAF) suite à la diffusion du FLASH INFO N°22 qui a suscité beaucoup d'incompréhension de la part de nos collègues d'EPLE.

bien cordialement

Mickaël Adamkiewicz, Secrétaire Académique

 

 

____________________________________________________________________________

Madame la directrice

Par "FLASH INFO n°22 - 2019-2020 - Crise sanitaire : fonctionnement administratif financier des EPLE", vous donnez aux cadres de direction et d'administration des EPLE des  instructions s’agissant des voyages scolaires annulés, je cite

"Dans le cadre de leur plan de continuité administrative, les EPLE doivent procéder en priorité au remboursement des familles connues (ou qui se sont signalées) comme étant en difficulté économique, et ce d’autant que certaines familles peuvent subir une baisse de leurs revenus dans le contexte actuel de crise sanitaire (situations de chômage partiel notamment). Au regard des règles de confinement en vigueur, l’application GFC n’étant pas accessible à distance, la mobilisation des agents qui seraient amenés à se déplacer pour se rendre dans les établissements sera justifiée par l’urgence des situations économiques de ces familles."

Cette note depuis sa diffusion suscite beaucoup d'interrogations voire d’irritations chez nos collègues de toutes catégories.

Depuis le début de la crise que traverse notre pays, mon organisation s’agissant de la situation des personnels administratifs n'a cessé de souligner un certains nombre de points et de principes que nous avons récemment eu l'occasion de rappeler à M.le ministre et qui ont fait l'objet de notre part d'un communiqué :

https://www.aeti-unsa.org/crise-sanitaire-covid-19-ai-unsa-recu-par-le-ministre/

Afin de cadrer préalablement mon propos s'agissant des demandes qui ont été formulées à l'adresse des personnels des EPLE, je voudrais particulièrement revenir ici sur trois d'entre eux qui constituent le contexte professionnel contraint au sein duquel nos collègues évoluent .

Le premier est simplement la règle édictée par le gouvernement lui-même : confinement et télétravail sont la règle, déplacement et travail sur place sont l'exception. Il faut garder à l'esprit l'extrême contagiosité du covid 19 qui demeure, pour reprendre les récents propos du Premier ministre, "sans traitements éprouvés" : pour A&I UNSA comme pour beaucoup d'autres, cet impératif de santé publique doit guider avant tout l'organisation de la continuité du service.

Ensuite, au sujet des obligations pesant sur les personnels en cette période inédite, il ne peut s'agir que d’une obligation de moyens et aucunement de résultat.

Enfin, les moyens pouvant être mis en œuvre sont fortement limités par l'employeur éducation nationale lui-même du fait des environnements logiciels dépassés ou structurellement inadaptés, ce que d'ailleurs, vous ne méconnaissez nullement.

Dans ce contexte contraint, votre note nous apparaît, même si elle n'est pas totalement hors de propos s'agissant de françaises et de français pouvant en effet subir des difficultés économiques,  pour tout ou partie "hors sol" et inadaptée au contexte actuel pour des motifs  que vous n'ignorez pas (interdiction d'utiliser les logiciels à distance pour des motifs de sécurité qui nécessitent pour être levés l'intervention de la DNE -sous quels délais? ; recours en cas de difficultés de trésorerie à une aide des services académiques ou des collectivités -sous quels délais ? Ne s'agit-il pas là de "vœux pieux" ?)

De fait, la rédaction de la note laisse entendre que reposerait en l'espèce sur les personnels des EPLE une obligation de résultat alors qu'il ne peut s'agir, nous le réaffirmons, que d'une obligation de moyens que l'éducation nationale elle-même compromet par l'inadaptation des outils qu'elle met à disposition !

Face à cette crise, tous les EPLE et les personnels ne sont pas égaux . Tous sont loin d'être logés sur place et, comme l'a très bien exposé en substance un recteur tout récemment, "Sur la question des logés, la situation est effectivement difficile. Ils sont dans un grand vide, anxiogène. Il faut prendre conscience de cette contrainte." Il faut savoir, par exemple, que dans beaucoup d'établissements, les personnels des collectivités, en consignes de confinement, sont absents, ne permettant pas un entretien ne serait-ce que minimum des établissements.

Comment par ailleurs déterminer "l'urgence économique" face à une dépense qui au départ était une charge librement consentie et alors que les familles les plus nécessiteuses ont déjà pu faire l'objet d'une aide ? Faudra-t-il exiger un document de pôle emploi ? Se fier à la bonne foi d’une attestation sur l’honneur? A partir de quel montant doit-on considérer que le risque est avéré ? L'urgence économique" en soi ne relève-t-elle pas plutôt d’une action de l’État comme cela a été annoncé pour les entreprises ?

Nous ne comprendrions pas que des griefs soient retenus contre des collègues agents comptables, adjoints gestionnaires, fondés de pouvoir, secrétaires de catégorie B et C qui ne feraient pas les choses parce qu'ils ne seraient pas en moyens de le faire.

Il serait inacceptable que certains s’achètent une conscience à bon compte en faisant reposer sur d'autres le soin d'obtempérer aux injonctions contradictoires générées par le télétravail impossible : En conséquence, nous demandons qu'aucune pression hiérarchique ne soit exercée sur nos collègues.

Soyez assurée, Madame la directrice, que les personnels administratifs quel que soit leur lieu d’exercice savent où est leur devoir. Ils ont besoin, comme toutes et tous en ce moment, d'accompagnement et de bienveillance, pas d’injonctions qui ne font que mettre cruellement en lumière, toutes proportions gardées, les failles et impérities de leur employeur.  

Je vous prie de croire, Madame la directrice, à l'expression de ma parfaite considération.

J-M Bœuf

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE, #SITUATION DE CRISE

Repost0

Publié le 1 Avril 2020

communiqué A&I UNSA CTA suppressions de postes rentrée 2020/2021

 

cher.e adhérente, cher.e collègue,

la Fédération Unsa Education a participé au Comité Technique Académique VDU en vision conférence lundi 30/03/2020, suite aux votes contre à  L’UNANIMITÉ concernant les mesures d'emploi pour la rentrée 2020/2021. La fédération UNSA Education a voté encore CONTRE les mesures de suppressions d'emplois pour la rentrée prochaine.

vous trouverez en pièvce jointe les postes supprimés pour les personnels ATSS à la rentrée prochaine.

Compte-rendu du Comité Technique Académique (CTA) de l'académie de Reims

du lundi 30 mars 2020 à 14h30 en visio-conférence

(suite à vote de défiance unanime lors du CTA du 20/03/2020)

 

 

 

Membres de l’administration du Rectorat de Reims présent.e.s

Mme Agnès Walch Mension-Rigau , Rectrice d’académie

Mme Sandrine CONNAN, secrétaire générale d’académie

M. Cyrille BOURGERY, Secrétaire Général d’Académie Adjoint (SGA) DRH

M. Jean-Roger RIBAUD, IA DASEN des Ardennes

M. Grégory REGHOUYA, Chef de division du SPFE

 

Représentant.e.s de la Fédération Unsa Education académie de Reims présent.e.s

Jean-Michel ALAVOINE, SE-UNSA Reims

Mickaël ADAMKIEWICZ, SA A&I UNSA Reims

Sylvie GANTHIER, SE-UNSA Reims

Véronique BRACONNIER, SNPDEN UNSA Reims

 

 

Point unique : Évolution de l’implantation des emplois

des personnels enseignants (postes en collège, LP, LPO, LGT EREA + postes spécifiques académiques)

des personnels administratifs

des personnels de laboratoire

des assistants sociaux

des infirmiers

des Psy EN / DCIO

des CPE

des personnels de direction

 

Ce sont les mêmes mesures, que celles présentées au CTA du 20 mars 2020, qui sont soumises au vote.

http://www.aeti-ac-reims.com/2020/03/cr-cta-en-visio-du-20/03/2020.html

 

Les élu.e.s du personnels UNSA-Éducation, FSU et SGEN ont une nouvelle fois voté unanimement contre ces mesures.

 

Points divers abordés :

 

Concernant le mouvement des personnels enseignants du second degré.

- Le ministère a mis en place une application qui enverra directement et automatiquement les accusés de réception des vœux sur la boîte mail i-prof des collègues ayant participé aux mutations.

- Le rectorat est conscient que l’envoi de pièces jointes peut s’avérer problématique (document dans un autre lieu que celui dans lequel le collègue est confiné, dossier médical non traité avant le confinement, etc…) et sera donc plus compréhensif.

- La durée de saisie des vœux est prolongé jusqu’au vendredi 3 avril à midi.

 

Concernant la tenue des examens et concours : Madame la Rectrice n’a pas d’informations particulières sur le sujet. Elle attend la décision du ministre qui devrait être connue dans quelques jours.

 

Doit-on évaluer les élèves pendant le confinement ?

À l’issue de cette période de confinement, il faudra que les enseignants donnent une appréciation sur le travail fourni. Ce pourra être sur la régularité du travail, sur les progrès éventuels de l’élève, notamment en terme d’autonomie.

Ce ne pourra pas être, par contre une évaluation sommative. D’autant qu’en fonction de l’âge des élèves, de leur degré d’autonomie, le travail fait à la maison repose très souvent sur les épaules des parents.

 

Calendrier des CAPA

Il est évidemment chamboulé. Les CAPA sont reportées et un nouveau calendrier est en préparation

Les prochaines CAPA se feront normalement en vidéoconférence. Des dispositions réglementaires ont été prises par voie d’ordonnances.

Reste désormais au rectorat à arrêter les modalités pratiques et à s’organiser pour que les commissaires paritaires puissent avoir accès aux documents afin de préparer ces CAPA.

 

Documents de remontées sur la continuité pédagogique : Des collègues enseignants, du 1er et 2nd degré, des chefs d’établissement, des directeurs d’école ont reçu des documents à remonter.

La Rectrice a bien précisé qu’elle n’avait demandé aucune remontées de ce genre.  

 

Autorisation spéciale d'Absence / télétravail 

La rectrice précise que la règle est le télétravail. Une ASA peut être accordée quand le télétravail n'est pas possible (pb équipement et applications informatiques par exemple,). La garde des enfants du foyer se cumule avec le télétravail.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #CTS - CTA

Repost0

Publié le 1 Avril 2020

Opérations de gestion des personnels 2020

 
Cher.e adhérent.e, cher.e collègue,
 
Malgré la situation sanitaire exceptionnelle que nous traversons, la continuité administrative s'applique aussi aux opérations de gestion des personnels. Nous nous en félicitons et saluons la mobilisation des collègues permettant cette continuité, et qui sont dans les mêmes difficultés que nous tous.

Nous formons le vœu que chacune et chacun soit en bonne santé. 
 
Les inscriptions pour l'académie au mouvement intra-académique 2020 des personnels administratifs de catégorie A, B et C ont lieu ce mercredi 1er au lundi 15 avril 2020 inclus via l'application AMIA (penser à se munir de son NUMEN) :
https://amia.phm.education.gouv.fr/amia/Amia

Vous pourrez prendre connaissance des procédures réglementaires de ces opérations sur la page suivante :
https://intra.ac-reims.fr/index.php?vie__w=article&id=567#adm  

 
A&I UNSA vous accompagne :

 

Si vous souhaitez que nous vous accompagnons dans votre demande de mutation et notamment pour la formulation de vos vœux, mais aussi pour vos dossiers de liste d'aptitude ou de tableau d'avancement, cliquez sur le lien suivant :

 

Fiche de contact A&I UNSA

Ne restez pas isolé.e, adhérez à A&I UNSA en cliquant ICI

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #MOUVEMENT

Repost0