Articles avec #eple tag

Publié le 18 Mai 2020

 

Réouverture des EPLE :

A&I UNSA exige que les personnels soient écoutés

La qualité du service rendu aux élèves en dépend

Retrouvez ce communiqué sur notre site www.aeti-unsa.org ou en version PDF.

Le 14 mai, la circulaire « Réouverture progressive des écoles et des établissements d'enseignement » a été publiée au bulletin officiel de l’éducation nationale.

Dans sa nouvelle rédaction, la fiche N°3 ne fait plus de la présence sur site des personnels administratifs la règle puisqu’il est dit pour les personnels qui n’assurent ni l’accueil ni les activités d’enseignement que « le télétravail devra être priorisé lorsque cela est possible. »

A&I UNSA a donc été entendu et le ministre a tenu ses engagements. Qu’il en soit, sur ce point, remercié.

En effet, cette rédaction, qui n’est que le retour à la règle édictée par le gouvernement en affirmant "le télétravail devra être priorisé" fait apparaître en creux qu'il y a risque à venir sur site et que l'employeur, pour les personnels dont la présence est requise, doit couvrir ce risque par les moyens propres à garantir leur santé. Cette réécriture était donc nécessaire.

Est-ce suffisant ?

Non, parce que les moyens pour garantir a minima la santé des personnels ne sont pas là !

Durant la première phase de la crise, beaucoup de collectivités locales auront été d’une grande habilité politique. Abandonnant dans un premier temps les établissements et les personnels de l’État en retirant leurs personnels afin de les préserver, elles se présentent maintenant comme les partenaires indispensables de la reprise en organisant le retour de leurs personnels, tous dotés de protocoles, de fiches pratiques, d’équipements de protection individuelle (EPI) au nez et la barbe des agents de l’État en EPLE qui eux, y compris aujourd’hui dans certains collèges à J-3 de la reprise, n’ont rien ! Pire, ce sont souvent les adjoints gestionnaires et leurs équipes qui vont chercher et qui distribuent les EPI aux agents des collectivités, alors qu’eux-mêmes en sont privés !

Les collectivités locales ont parfois joué un jeu dangereux, certaines d’entre-elles ont sans doute voulu porter un coup contre l’État, qui aura démontré à certains moments de la crise ses faiblesses et ses contradictions, donnant du poids à des formules du type "Quand on décide depuis Paris, on est à peu près sûr de se tromper, mais quand on décide localement, on a de meilleures chances de se tromper un peu moins" … Ce n’est pas ainsi à notre avis que nous consoliderons l’Éducation nationale.

Il n’en reste pas moins que, nous concernant, c’est bien l’État employeur, agissant parfois dans la plus grande confusion entre niveau central et déconcentré, empêtré qu’il demeure dans un distinguo insupportable et insultant entre enseignants et non enseignants, entre personnels exerçant en services déconcentrés et personnels exerçant en EPLE, qui est responsable et coupable, encore plus lorsqu’il délègue sans vergogne ses responsabilités d’employeur aux équipes administratives des EPLE chargées de commander directement ce qu’il est incapable de fournir, au risque de créer d’inutiles tensions entre adjoints gestionnaires et chefs d’établissements au moment où toutes et tous doivent faire pour le mieux afin d’accueillir élèves et enseignants !

Lorsqu’un problème est compliqué, il faut savoir parfois recourir à une solution simple :

Comme ont su le faire les collectivités locales, l’État employeur doit fournir à TOUS les personnels, quels que soient leurs fonctions et leurs lieux d’exercice, les équipements nécessaires en quantité et en qualité suffisantes. 

Au moment où certains collèges vont rouvrir et où les lycées reprennent leurs activités hors présence élèves, bon nombre de personnels administratifs des EPLE sont ulcérés de la manière dont ils sont traités, d’autant plus qu’ils viennent de découvrir que, à la suite d’une défaillance que l’État employeur, persistant dans l’impéritie, s’est bien gardé de corriger, qu’il va falloir gérer de nouveau les bourses de lycée au format papier !

Dans une telle situation, il ne faudra donc pas s’étonner que nos collègues, confrontés aux carences de leur employeur, recourent au registre « santé et sécurité au travail ». A&I UNSA les soutiendra.

Le ministre avait dans un courrier dit tout le bien qu’il pensait des personnels administratifs et s’était engagé à ouvrir avec A&I UNSA des discussions en bilatérale. Elles ont été interrompues du fait de la crise sanitaire. Nous comptons bien qu’elles soient reprises dans les meilleurs délais, en termes de réflexion sur les métiers, de rémunérations, de requalifications, tant cette crise aura fait la démonstration de l’importance des métiers de soutien et de logistique qui ne se limitent pas, dans une éducation nationale, au rôle des collectivités locales.

Le 15 mai 2020

Jean-Marc Bœuf

Secrétaire général

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE, #SITUATION DE CRISE

Repost0

Publié le 14 Mai 2020

Questionnaire réouverture des EPLE

Sur la question importante de la réouverture des collèges et des lycées qui doit obéir à un protocole sanitaire national complexe afin de répondre en meilleure sécurité possible à des considérations économiques, pédagogiques et sociales ce fut l’occasion pour nous :

  • de demander que la communication institutionnelle sur la réouverture s’adresse également aux personnels administratifs et ne soit pas tournée exclusivement vers les enseignants et les personnels de direction ;
  • de dénoncer que dans certaines académies, aucuns moyens de protection ne soient mis à la disposition des personnels administratifsvoire que l’on fasse reposer sur les seuls gestionnaires des établissements le soin de passer les commandes des équipements de protection pour l’ensemble des personnels non enseignant !

Le problème, c’est que pour l’instant, le ministre n’apporte pas de réponses concrètes à ces questions, même s’il s’est dit preneur de nos suggestions.

Or des questions de responsabilité se posent.

En EPLE, face à cette réouverture soumise à un protocole complexe inscrit dans une réalité complexe, les personnels ne peuvent être astreints qu’à une obligation de mise en œuvre, qui consiste à utiliser les moyens mis à disposition par l’État employeur et les collectivités locales.

Questionnaire "réouverture des EPLE"

Sans moyens on ne met rien en œuvre et sans mise en œuvre on n’obtient pas de résultat.

Cela personne ne saurait le reprocher aux personnels administratifs des EPLE.

Vous aviez accepté de répondre aux questionnaires EPLE. Aujourd’hui, nous vous redonnons la parole afin de continuer à agir au plus près de vous.

Nous avons joint au questionnaire EPLE un fichier d’aide à la mise en œuvre du protocole élaboré par la section A&I UNSA de l’académie d’Orléans Tours. En vous permettant de faire le bilan de ce que vous constatez dans votre établissement, il vous permet également de prendre la mesure de la tâche et de sa faisabilité, au-delà des discours des « y’a qu’à faut qu’on » que trop souvent nous entendons. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

 

Cher.e adhérent.e, cher.e collègue

espérant que vous vous portez bien.

Vous trouverez ci-dessous le courrier envoyé par M Jean-Marc Bœuf, Secrétaire Générale du Syndicat A&I UNSA, à Mme la Directrice de la Direction des Affaires Financières (DAF) suite à la diffusion du FLASH INFO N°22 qui a suscité beaucoup d'incompréhension de la part de nos collègues d'EPLE.

bien cordialement

Mickaël Adamkiewicz, Secrétaire Académique

 

 

____________________________________________________________________________

Madame la directrice

Par "FLASH INFO n°22 - 2019-2020 - Crise sanitaire : fonctionnement administratif financier des EPLE", vous donnez aux cadres de direction et d'administration des EPLE des  instructions s’agissant des voyages scolaires annulés, je cite

"Dans le cadre de leur plan de continuité administrative, les EPLE doivent procéder en priorité au remboursement des familles connues (ou qui se sont signalées) comme étant en difficulté économique, et ce d’autant que certaines familles peuvent subir une baisse de leurs revenus dans le contexte actuel de crise sanitaire (situations de chômage partiel notamment). Au regard des règles de confinement en vigueur, l’application GFC n’étant pas accessible à distance, la mobilisation des agents qui seraient amenés à se déplacer pour se rendre dans les établissements sera justifiée par l’urgence des situations économiques de ces familles."

Cette note depuis sa diffusion suscite beaucoup d'interrogations voire d’irritations chez nos collègues de toutes catégories.

Depuis le début de la crise que traverse notre pays, mon organisation s’agissant de la situation des personnels administratifs n'a cessé de souligner un certains nombre de points et de principes que nous avons récemment eu l'occasion de rappeler à M.le ministre et qui ont fait l'objet de notre part d'un communiqué :

https://www.aeti-unsa.org/crise-sanitaire-covid-19-ai-unsa-recu-par-le-ministre/

Afin de cadrer préalablement mon propos s'agissant des demandes qui ont été formulées à l'adresse des personnels des EPLE, je voudrais particulièrement revenir ici sur trois d'entre eux qui constituent le contexte professionnel contraint au sein duquel nos collègues évoluent .

Le premier est simplement la règle édictée par le gouvernement lui-même : confinement et télétravail sont la règle, déplacement et travail sur place sont l'exception. Il faut garder à l'esprit l'extrême contagiosité du covid 19 qui demeure, pour reprendre les récents propos du Premier ministre, "sans traitements éprouvés" : pour A&I UNSA comme pour beaucoup d'autres, cet impératif de santé publique doit guider avant tout l'organisation de la continuité du service.

Ensuite, au sujet des obligations pesant sur les personnels en cette période inédite, il ne peut s'agir que d’une obligation de moyens et aucunement de résultat.

Enfin, les moyens pouvant être mis en œuvre sont fortement limités par l'employeur éducation nationale lui-même du fait des environnements logiciels dépassés ou structurellement inadaptés, ce que d'ailleurs, vous ne méconnaissez nullement.

Dans ce contexte contraint, votre note nous apparaît, même si elle n'est pas totalement hors de propos s'agissant de françaises et de français pouvant en effet subir des difficultés économiques,  pour tout ou partie "hors sol" et inadaptée au contexte actuel pour des motifs  que vous n'ignorez pas (interdiction d'utiliser les logiciels à distance pour des motifs de sécurité qui nécessitent pour être levés l'intervention de la DNE -sous quels délais? ; recours en cas de difficultés de trésorerie à une aide des services académiques ou des collectivités -sous quels délais ? Ne s'agit-il pas là de "vœux pieux" ?)

De fait, la rédaction de la note laisse entendre que reposerait en l'espèce sur les personnels des EPLE une obligation de résultat alors qu'il ne peut s'agir, nous le réaffirmons, que d'une obligation de moyens que l'éducation nationale elle-même compromet par l'inadaptation des outils qu'elle met à disposition !

Face à cette crise, tous les EPLE et les personnels ne sont pas égaux . Tous sont loin d'être logés sur place et, comme l'a très bien exposé en substance un recteur tout récemment, "Sur la question des logés, la situation est effectivement difficile. Ils sont dans un grand vide, anxiogène. Il faut prendre conscience de cette contrainte." Il faut savoir, par exemple, que dans beaucoup d'établissements, les personnels des collectivités, en consignes de confinement, sont absents, ne permettant pas un entretien ne serait-ce que minimum des établissements.

Comment par ailleurs déterminer "l'urgence économique" face à une dépense qui au départ était une charge librement consentie et alors que les familles les plus nécessiteuses ont déjà pu faire l'objet d'une aide ? Faudra-t-il exiger un document de pôle emploi ? Se fier à la bonne foi d’une attestation sur l’honneur? A partir de quel montant doit-on considérer que le risque est avéré ? L'urgence économique" en soi ne relève-t-elle pas plutôt d’une action de l’État comme cela a été annoncé pour les entreprises ?

Nous ne comprendrions pas que des griefs soient retenus contre des collègues agents comptables, adjoints gestionnaires, fondés de pouvoir, secrétaires de catégorie B et C qui ne feraient pas les choses parce qu'ils ne seraient pas en moyens de le faire.

Il serait inacceptable que certains s’achètent une conscience à bon compte en faisant reposer sur d'autres le soin d'obtempérer aux injonctions contradictoires générées par le télétravail impossible : En conséquence, nous demandons qu'aucune pression hiérarchique ne soit exercée sur nos collègues.

Soyez assurée, Madame la directrice, que les personnels administratifs quel que soit leur lieu d’exercice savent où est leur devoir. Ils ont besoin, comme toutes et tous en ce moment, d'accompagnement et de bienveillance, pas d’injonctions qui ne font que mettre cruellement en lumière, toutes proportions gardées, les failles et impérities de leur employeur.  

Je vous prie de croire, Madame la directrice, à l'expression de ma parfaite considération.

J-M Bœuf

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE, #SITUATION DE CRISE

Repost0

Publié le 27 Mars 2020

Informations sur les COFI et la tenue des CA 

   

cher.e adhérent.e, cher.e collègue, travaillant en EPLE

suite aux demandes d'A&I UNSA durant l’entrevue de ce jour, vendredi 27/03/2020, de notre Secrétaire Général Jean-Marc BOEUF auprès du Ministre et divers échanges cabinet/SG/DAF, A&I UNSA est en mesure de vous informer que :

 

La DAF et la DAJ ont passé un accord avec la DGFIP :
- la présentation des comptes financiers 2019 aux CA est repoussée du 30 avril au 30 juin 2020.

- la remontée des comptes financiers 2019 est repoussée du 30 juin au 15 juillet 2020.

Il va de soi que si ces dates à l'usage devaient également poser soucis à des collègues, A&I UNSA  interviendra.

 

Conseils d'administrations dématérialisés /

- une des ordonnances gouvernementales prises dans le cadre de l'état d'urgent sanitaire va prévoir la possibilité d'organiser la tenue dématérialisée des CA des EPLE, aujourd'hui juridiquement non possible.

 

____________________________________________________________________________

 

Covid-19 : A&I UNSA mobilisé pour les personnels administratifs 

INFO LOCALE EN CONTINUE sur le COVID-19 : (salaires, continuité administrative etc.) :

http://www.aeti-ac-reims.com/tag/situation%20de%20crise/

 

A&I UNSA ainsi que la Fédération UNSA Education sont en relation directe avec les décisionnaires. N’hésitez pas à nous faire remonter vos difficultés.

A&I UNSA s’organise, nationalement comme localement, pour être aux côtés des collègues dans cette situation inédite, les informer et répondre à leurs questions notamment dans l’hypothèse des contraintes de confinement et dans l’hypothèse où ils seraient victimes de mesures abusives ou inadaptées. 

adresse courriel pour joindre le syndicat : aeti-reims@aeti-unsa.org

____________________________________________________________________________

 

Restez en contact avec A&I UNSA Reims

Pour suivre l’actualité n’hésitez pas à venir consulter notre site académique :

Cliquez sur les logos pour nous rejoindre sur les réseaux sociaux :

Facebook, et Twitter

Site internet académique :  http://www.aeti-ac-reims.com/ 

Site internet national :  http://www.aeti-unsa.org/ 

http://9kyn.mjt.lu/img/9kyn/b/kux/li3l.png

   

http://9kyn.mjt.lu/img/9kyn/b/kux/li32.png

 

 

Le secrétaire académique : Mickaël Adamkiewicz

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #SITUATION DE CRISE, #EPLE, #LETTRE INFOS

Repost0

Publié le 13 Février 2020

cher.e adhérent.e, cher.e collègue,

l'académie de Reims a recensé 72 réponses sur cette 3ème enquête mise en place entre le 24 septembre et le 16 octobre 2019.

Notre syndicat poursuit sa démarche d’ampleur sur l’ensemble des champs professionnels occupés par les personnels administratifs de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de l’Enseignement supérieur.

Le questionnaire « administratifs de l’EPLE » a recueilli plus de 2600 réponses . Une réussite, lorsqu’il s’agit de recueillir le sentiment de collègues qui ont moins souvent l’occasion d’exprimer leur point de vue que les adjoints gestionnaires.
Ces réponses enrichissent les réflexions du syndicat et donnent des arguments pour soutenir nos revendications lors de nos rencontres au ministère et devant les responsables académiques.

Dans cette période pleine d’incertitudes pour les administratifs des EPLE, tiraillés entre la réduction des moyens et l’évolution profonde de leurs missions, ce questionnaire, pour la première fois, met en valeur leur parole.
Pour nous, syndicat de tous les personnels administratifs de l’Éducation, cette parole est précieuse, quel que soit le grade, la fonction ou le lieu d’affectation. Il est temps de la rendre plus audible.

A&I UNSA, première organisation représentative de la profession, s’y emploie.

Nous vous présentons ici les éléments essentiels des résultats du questionnaire sous forme de 7 fiches infographiques que vous pouvez télécharger en cliquant sur chacune d’elle. 

Résultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLERésultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLE
Résultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLERésultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLERésultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLE
Résultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLERésultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLE

Résultat du questionnaire personnels Administratifs en EPLE

sources :  https://www.aeti-unsa.org/resultats-questionnaire-personnels-administratifs-eple/

ces questionnaires sont envoyés directement au ministre de l'Education nationale, M Blanquer. Pour preuve il en parle dans son courrier de réponse à notre SG ICI  

D'autre part au niveau académique, nous transmettons aussi ces questionnaires à Madame la rectrice afin qu'elle puisse prendre connaissance des éléements.

retrouver tous les questionnaires D'A&I UNSA ICI : 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #QUESTIONNAIRE, #EPLE, #LE SYNDICAT A&I

Repost0

Publié le 31 Janvier 2020

Aux personnels administratifs des lycées de l’académie de Reims,

 

Cher.e.s collègues,

Les  épreuves  communes  de  contrôle  continu  (E3C)  se  déroulent en ce moment dans les lycées de notre académie.

 

L'UNSA  Education,  notamment  ses  syndicats SE-UNSA (enseignant.e.s)  et SNPDEN (chef.f.e.s d'établissement),  avait  notamment  demandé  le  report  de  cette  première  série  d'épreuves. D'autres syndicats enseignants et des collectifs d'établissement ont appelé au blocage de ces épreuves, par la grève ou tout autre moyen.

Des  collègues  administratifs  de  plusieurs  établissements  nous  signalent  qu'en  prévision  de possibles difficultés d'organisation, leur chef.fe d'établissement leur ont demandé de participer notamment  à  la  surveillance  des  épreuves  si  besoin.  Ces demandes ont été faites sur des modalités différentes, de la sollicitation polie à l'impératif autoritaire.

 

A&I  UNSA rappelle  à  cette  occasion quelques  règles  et  principes qui fondent  son  action  et son éthique :

- les  élèves,  les  étudiants,  les  familles  n'ont  pas  à  subir  les  conséquences  des  actions revendicatives   menées   par   les   organisations   syndicales   dès   lors   qu'elles   impactent notamment  soit  leur  sécurité,  soit  dans  ce  cas  précis  l'avenir  des  élèves  dans  une  étape majeure de leur scolarité, le baccalauréat.

- les personnels administratifs au  sein  des  établissements  scolaires  comme  des  services académiques ont vocation à s'exprimer et à agir le cas échéant dans le domaine des questions pédagogiques.

 

Pour  autant, A&I  UNSA considère  qu'il  appartient  aux  chefs  d'établissements  de  solliciter  :

- les personnels enseignant.e.s et les personnels de la vie scolaire, en priorité;

- les personnels de laboratoire puis les personnels administratifs, le cas échéant.

Et  que la participation éventuelle des personnels administratifs doit se faire :

- sur la base du volontariat en premier lieu ;

- sans compromettre la réalisation des missions en cours, ayant un impératif administratif ou financier de résultat ou de délais;

- dans une répartition juste en temps  et  en  nombre  de  séances  entre  tous  les  personnels concernés de l'établissement;

- en déterminant une compensation pour ces travaux complémentaires, y compris par exemple par la réciprocité de soutien lors des opérations de gestion le nécessitant.

 

A&I UNSA a  indiqué  clairement  et  fermement  sa  position à Madame la Rectrice.

 

Vous n’hésiterez pas à nous saisir de toute difficulté relative à cette question.

 

Mickaël ADAMKIEWICZ

Secrétaire académique

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE

Repost0

Publié le 23 Octobre 2019

Assemblée des départements de France :

la décentralisation à l’éducation nationale ne doit pas passer par le gestionnaire

Le 18 octobre, Jean-Michel Blanquer est intervenu devant le congrès des départements de France. À cette occasion, il s’est exprimé sur la demande formulée de décentralisation des gestionnaires des collèges.

De manière très ferme et très juste, en dépit du brouhaha ambiant, le ministre a répondu que la décentralisation ne passait pas par le transfert des gestionnaires tout en soulignant qu’il était ouvert sur la question en évoquant le conventionnement entre l’État et les départements ainsi que la formation.

A&I UNSA ne peut que se réjouir, de la part du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, de cette prise de position limpide, dénuée d’ambigüité.

Nous avons toujours soutenu l’idée que, l’éducation étant nationale, il serait dangereux de faire passer au sein même de l’EPLE, collège, lycée, EREA, la ligne même de séparation entre l’État et les collectivités. Instaurer dans l’EPLE même une césure aussi marquée serait une source de potentiels conflits au sein desquels ni les personnels ni surtout les élèves n’auraient à gagner.

La loi de décentralisation en matière scolaire a instauré une association entre l’État, garant de la cohérence des politiques nationales, et les collectivités. De cela découle que le chef d’établissement, représentant de l’État, doit mettre en œuvre, notamment au travers de l’adjoint gestionnaire en charge de l’administration générale et financière, les politiques en provenance aussi bien de l’État que des collectivités. Il s’agit bien là d’unir et non pas de séparer.

Or, trop souvent, cette indispensable cohésion est remise en cause.

Trop souvent encore, collectivités et agents de l’État dans l’EPLE se regardent en chien de faïence voire s’invectivent. Trop souvent encore, l’autorité fonctionnelle sur les personnels voulue par la loi est malmenée, créant des tensions inacceptables dans les établissements. Le pire est atteint lorsque, par méfiance de principe ou au prétexte d’une résistance réelle ou supposée, la technostructure locale se croit obligée, au risque du mauvaise usage de l’argent public, de « faire à la place de », vidant de sa substance l’autonomie des EPLE, les transformant de fait si ce n’est de droit en régie aux ordres.

Après cela, certains auront beau jeu, ayant mis les gestionnaires en position de désapprendre leur métier, de les juger rétifs ou incapables de l’exercer.

En matière d’éducation nationale, citoyens ordinaires et citoyens élus ne devraient poursuivre, au-delà des droits, des préséances et des technocraties, qu’un seul objectif : la réussite des élèves, de tous les élèves, sur tout le territoire de la République. Sur la question de la gestion des établissements, la voie indiquée par Jean-Michel Blanquer ce vendredi 18 octobre est un bon chemin.

Pantin, le 22 octobre 2019

Jean-Marc Bœuf

Secrétaire général

Contact presse

Jean-Marc Bœuf, Secrétaire général

jean-marc.boeuf@aeti-unsa.org

 

 

Notre actualité sur www.aeti-unsa.org

 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE

Repost0

Publié le 2 Octobre 2019

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE

Repost0

Publié le 24 Septembre 2019

 

Cher.es collègues

une audience auprès de Monsieur le Président de la Région Grand Est  a eu lieu le 15/07/2019 avec les représentant.e.s  des personnels de direction SNPDEN UNSA, ID FO et SGEN CFDT ainsi que les représentant.e.s des personnels d'administration et d'intendance AI UNSA des 3 académies de Reims, de Nancy Metz et Strasbourg et le président de la Région Grand Est et son équipe :  l’élu régional en charge du plan de qualité des services et de la valorisation des métiers : Laurent Burckel, Développement et valorisation des potentiels, Claire Coudy-Lamaignière, DGA, Secrétariat Général, Delphine Goujon DGA-DRH, Direction des lycées, Olivier Martin et Jacky Schlienger, chargé de mission rattaché DL.

Déclaration du Snpden Unsa :

Monsieur le Président de Région,

Nous vous remercions d’avoir répondu dans un délai très court à notre demande d’audience commune, montrant l’intérêt porté à la relation avec les personnels d’encadrement des EPLE. Nous sommes représentant.e.s d’organisations syndicales de personnels d’encadrement, responsables et engagés au service du service public d’éducation, en relation étroite avec notre Institution et la collectivité territoriale.

Une audience intersyndicale réunissant les représentants des différents syndicats de personnels de direction et de gestionnaires n’est pas habituelle et témoigne de nos inquiétudes, mécontentements et désaccords communs. Depuis plusieurs semaines, nous voyons notre autorité fonctionnelle se dégrader, parfois ignorée voire bafouée. La gestion des ATTEE en est un des reflets essentiels : Le nouveau règlement intérieur de travail réduit considérablement le rôle des personnels de direction et des gestionnaires. Les agents chefs, les chefs cuisiniers décideront des EDT des agents.

 

Points abordés :

Point 1 : le plan de qualité des services et de valorisation des métiers

Point 2 : l’autorité fonctionnelle des proviseurs et gestionnaires sur les ATTEE

Point 3 : les logements de fonction

Point 4 : les disparités de fonctionnement entre maisons de région.

 

Le président de Région, après avoir apporté des réponses aux questions et des éclaircissements aux situations, a conclu cette audience part le fait qu'il fallait qu'un dialogue soit installé d’une manière assez régulière pour pouvoir palier aux différentes difficultés rencontrées.

Un compte rendu de cette audience doit être envoyé aux adhérent.e.s d'EPLE  d'A&I UNSA Reims.

 

Les Organisations syndicales dans un courrier du 14 juin 2019 ont demandé une audience avant les vacances d’été à Monsieur le Président de la Région Grand Est suite aux nombreuses informations qui ont été diffusées ces dernières semaines comme 1/- le plan de qualité de service et de valorisation des métiers, 2/- de l'autorité fonctionnelle des gestionnaires et proviseurs de lycée, 3/- les logements de fonction, 4/- les disparités de fonctionnement entre maisons de région

Plus d’information ici : http://www.aeti-ac-reims.com/2019/06/courrier-intersyndical-au-preside-region-grand-est.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE, #INTERSYNDICAL.E, #COLLECTIVITÉ

Repost0

Publié le 16 Juin 2019

courrier intersyndical du 14 juin 2019

Cher.es collègues

une demande d'audience auprès de Monsieur le Président de la Région Grand Est  a été faite par les représentant.e.s  des personnels de direction SNPDEN UNSA, ID FO et SGEN CFDT ainsi que les représentant.e.s des personnels d'administration et d'intendance AI UNSA des 3 académies de Reims, de Nancy Metz et Strasbourg suite aux nombreuses informations qui ont été diffusées ces dernières semaines. Effectivement plusieurs dossiers d’actualité   doivent être abordés comme :

- le plan de qualité de service et de valorisation des métiers

- de l'autorité fonctionnelle des gestionnaires et proviseurs de lycée 

- les logements de fonction

- les disparités de fonctionnement entre maisons de région

La demande d'audience a été faite pour une rencontre avant les vacances d'été. A ce jour nous attendons la réponse de Monsieur le Président de la Région Grand Est.

 

cordialement

 

Les Secrétaires Académiques d'A&I UNSA des 3 académies de la Région Grand Est

Les Secrétaires Académiques d'A&I UNSA des 3 académies de la Région Grand Est

Voir les commentaires

Rédigé par Syndicat AetI - UNSA

Publié dans #EPLE, #INTERSYNDICAL.E

Repost0